Apprendre la photo numérique
Noctiluca-scintillans-Hong-Kong-2015
Comment prendre des photos

Comprendre comment fonctionne la lumière sur une photo et apprendre à la maitriser

Punaise ! On s’attelle à l’immortalisation d’une longue onde électromagnétique et l’on souhaite que la mémoire de cette onde soit la plus belle possible. C’est bien ça ? La photographie, une photographie, se borne à être l’assemblage de deux éléments :

  • la technique (connue sous l’expression fourre-tout : « Je ne comprends rien à mon appareil photo »);

  • l’artistique (connue sous l’expression fourre-tout de : « Évidemment, pour faire une belle photo, il faut maîtriser la technique »).

[mks_highlight color=”#0c0c0c”]Considérez que la technique, c’est 1 % d’une photo ; les 99 % restants concernent l’artistique.[/mks_highlight]

Dans la partie artistique, il y a bien évidemment la lumière ; la fameuse onde électromagnétique dont on ne voit qu’une faible partie du spectre. La lumière, c’est certainement le point clé d’une photo réussie ! Attention, il n’est pas le seul.

Comprendre comment agit la lumière sur votre sujet

En réalité, pour obtenir une belle photo, il faut réunir au moins deux éléments : un angle de vue adapté (appelé également point de vue) et une lumière favorable (appelée aussi « belle lumière ». On dit aussi « composer une photo », “composer une image”.

Passage au studio photo obligatoire

Pour vous aider à mieux comprendre comment cela fonctionne, j’ai monté un petit studio. J’ai utilisé pour l’occasion deux flashes :

 – L’un monté sur mon boîtier photo, qui est utilisé en tant que « master ». Il est le maître, c’est-à-dire qu’il va avoir pour fonction de commander un autre flash. La lumière qu’il émet ne sera pas prise en photo.

– Un second, utilisé en flash déporté et en tant que « slave », c’est-à-dire esclave : dès qu’il reçoit une instruction du master, il émet de la lumière.

J’ai également utilisé un fond noir ainsi qu’un œuf. Oui, un oeuf ! Pour fixer l’œuf, de la pâte Kaiser. Considérez cela comme de la Patafix, en plus collant (c’est une combine de photographe de studio que je vous donne là).

 [mks_dropcap style=”rounded” size=”18″ bg_color=”#d6d6d6″ txt_color=”#000000″]Vous pouvez vous amuser à reproduire cet exercice chez vous. Si vous n’avez pas de flash, prenez n’importe quelle lampe torche, cela fera l’affaire. Et si vous n’avez pas de pâte Kaiser pour maintenir un œuf, prenez un autre objet.[/mks_dropcap]

Comprendre l’incidence de l’angle de la lumière

En fonction de l’angle d’attaque de la lumière, un même sujet ne sera pas mis en valeur de la même manière. Je reformule : en fonction de la manière dont la lumière éclaire un sujet, celui-ci va apparaître sous un jour différent.

Démonstration en photo

[mks_col]

[mks_one_half]comprendre la lumière-5[/mks_one_half]

[mks_one_half]

 

Sur cette photo, la lumière est dite « de face ».

Le relief de la coquille n’est pas mis en valeur. Bien que tout soit parfaitement net, on a une impression de flou. La source de lumière frontale est une lumière « dure ». On a l’impression que le sujet est plaqué sur le fond.

[/mks_one_half]

[/mks_col]

 [mks_col]

[mks_one_half]comprendre la lumière-4[/mks_one_half]

[mks_one_half]

 

Ici, la lumière est dite « en contre-jour ». Le sujet est éclairé par l’arrière, par conséquent nous avons des ombres bouchées sur l’avant du sujet, ce qui forme une ombre chinoise. Cet angle peut apporter du cachet, une ambiance propre au suspense, par exemple.[/mks_one_half]

[/mks_col]

 

[mks_col]

[mks_one_half]comprendre la lumière-3[/mks_one_half]

[mks_one_half]Sur cette photo, la lumière tombe, on a une lumière verticale ; dans le monde de la scène, on parlerait de douche. C’est un éclairage qui est très utilisé également au cinéma. Cependant, il est important de noter que ce type d’éclairage nécessite obligatoirement une deuxième source de lumière qui viendrait de face ou de biais pour donner plus d’importance au sujet. Cette seconde source doit émettre une quantité de lumière pondérée par rapport à la douche. Elle est très intéressante pour valoriser un élément et le « décrocher du fond ».[/mks_one_half]

[/mks_col]

 

[mks_col]

[mks_one_half]comprendre la lumière-2[/mks_one_half]

[mks_one_half]

 

Ici, la lumière chute à 45° depuis le côté. Nous obtenons des ombres tranchées. Le côté oblique de la symétrie est visuellement intéressant. L’univers qui se dégage n’est pas « cartésien ».[/mks_one_half]

[/mks_col]

 

 [mks_col]

[mks_one_half]comprendre la lumière[/mks_one_half]

[mks_one_half]

 

Sur cette nouvelle photo, la lumière provient de la gauche, à l’horizontale. Nous avons un parfait « mi-ombre, mi-lumière ». Ici, l’univers est cartésien. Logique. Symétrique.[/mks_one_half]

[/mks_col]

Comment ça se passe dans la vraie vie?

Maintenant que vous avez ces différentes sources d’éclairage, vous pouvez aisément imaginer un soleil à la place du flash. Il décrit un arc de cercle dans le ciel. Vous pouvez imaginer les moments de la journée où il est préférable de photographier ; tôt le matin et en fin de journée.
Lorsqu’il est midi et que le soleil se retrouve au zénith (ajoutez à cela les heures d’avance qu’il est fréquent d’avoir en fonction des pays), il est périlleux de prendre des photos. La lumière tasse, aplatit les ombres.

De même, photographier avec le flash de votre appareil photo en lumière directe n’est certainement pas optimal pour mettre en valeur votre sujet.

Si vous souhaitez vous affranchir de la technique et vous préoccuper des 99 % qui pourraient vous faire considérablement progresser, je vous invite à vous intéresser au secret des photographes. Cliquez-ici.

Les autres articles de la série<< comment prendre des photosLa composition photographique : jamais en plein centre ! >>