Apprendre la photo numérique
apprendre la photo numérique

Les débuts de la photo

Avant que nos chers boîtiers deviennent des engins bourrés de technologie (inutile),  ils étaient d’une simplicité absolue.Vous souvenez-vous par exemple de ce qu’était un “sténopé”? Le sténopé est l’appareil photo le plus simple du monde. Pour le fabriquer il suffit de prendre une boîte de conserve, de percer sur la paroi un trou minuscule et d’y placer à l’intérieur une feuille de papier sensible. La boîte doit être hermétique à la lumière, il faut donc l’obturer ainsi que le trou percé. Evidement toutes ces opérations sont à réaliser dans le noir absolu. Ensuite on place sa boîte là où l’on veut prendre la photo. On débouche le trou. On attend un peu et l’on rebouche. Au développement on obtient une photo en négatif. Un simple passage sous l’agrandisseur permet d’obtenir le positif de l’image. Vous me suivez ? Voici une vidéo pour mieux comprendre le principe.   embedded by Embedded Video

YouTube Direkt

Des appareils de plus en plus perfectionnés…

Les appareils se sont par la suite perfectionnés. La principale difficulté avec le sténopé était le temps de pose. Si la photographie débute au début du 19ème siècle avec Joseph Nicéphore Niépce (un habitant de Chalon-Sur-Saône, ville située en France), le “pose-mètre” est inventé par Alfred Watkins au début du 20ème siècle. Avant l’invention du posemètre, on se débrouillait sans. Les posemètres fonctionnent sur le principe de la mesure de la quantité de lumière réfléchie par la scène photographiée. La règle du F/16 se base sur une estimation de la lumière incidente. Vous avez bien lu : estimation et non pas mesure.   Pour l’ouverture il suffisaient de regarder les ombres :

  • F/16 : Soleil brillant, avec des ombres bien marquées et des contrastes forts.
  • F/11 : Soleil voilé, avec des ombres moins marquées et des contrastes plus doux.
  • F/8 : Temps clair, mais nuageux sans ombre.
  • F/5,6 : Temps très nuageux ou ombres dégagées
  • F/4 : Soleil couchant.
  • F/22 : Soleil brillant, ombres marquées et surface brillantes (neige, sable…).

Cette règle était d’ailleurs souvent inscrite sur les emballages des pellicules que l’on se procurait dans le commerce. C’est l’image que j’ai mis pour illustrer cet article.

La vitesse sera toujours égale à la sensibilité

Par exemple, s’il fait un temps magnifique et que les ombres sont marquées, vous utiliserez une ouverture à F/16, une sensibilité de 100 iso et la vitesse sera de 1/100 de secondes. En revanche, si vous être à 400 iso, la vitesse devra être de l’ordre de 1/400 secondes.   Ce qui est incroyable, c’est que cela fonctionne à tous les coups ! Maintenant, c’est à vous de jouer et partagez dans les commentaires votre expérience de cette technique.

On vient aussi sur cette page pour : exposition photographie, photographie numérique, exposition en photographie, l exposition en photographie, la photographie argentique, argentique photographie, photographies argentiques, photo argentique, la photo argentique, argentique photo, photos argentique, l appareil photo argentique, photo en argentique, expo photo, materiel photo, expo photos, photo numérique, correction exposition, site materiel photo, materiel photos, tout sur la photo, photos expo, site critique photo, materiel de photo. C’est drôle, non?